https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/030912729542-comment-jacob-delafon-sauve-son-usine-du-jura-par-la-robotisation-et-le-luxe-2135451.php

Robot couplé à une imprimante 3D, convoyeur automatique, four ultramoderne : le spécialiste des lavabos et WC en céramique automatise l’usine historique Jacob Delafon de Belvoye, près de Dole, dans le Jura.

 

 

 

L’avenir de l’usine historique Jacob Delafon de Belvoye, près de Dole (Jura), passera par sa capacité à concevoir des produits de luxe à prix compétitif. Des lavabos, vasques et WC toujours plus épurés, plus fins et plus longs, et toujours plus complexes à industrialiser. C’est ce que vise Eric Favier avec le plan 2015-2020 de développement et d’automatisation du site.

L’objectif est de renouer avec les bénéfices grâce à l’optimisation industrielle, et le directeur de l’usine espère un retour à l’équilibre à l’horizon 2020-2022, alors que le compte d’exploitation est négatif depuis 2007. « La fabrication de céramique est difficilement rentable en France. C’est un process compliqué avec un fort coût de main-d’œuvre et une matière première, la barbotine (une pâte composée d’argiles, kaolins et autres matières tirées du sol), instable tout au long du process », explique-t-il. Le groupe américain Kohler, qui avait racheté Jacob Delafon en 1986, l’a suivi en investissant massivement dans l’outil industriel.

Système de convoyage

A Damparis, dans la seule des quatre usines Jacob Delafon françaises spécialisée dans la céramique (porcelaine et grès), on produit 175.000 pièces complexes par an – contre 1,2 million de pièces plus « standard » dans l’usine marocaine – pour un chiffre d’affairesde 12 millions d’euros.

Depuis 2015, Kohler a investi 2,4 millions d’euros dans un four de cuisson de dernière génération de 120 mètres de long. Un nouveau système de convoyage a également été installé, et une ligne d’application d’émail robotisée a coûté 1,2 million.

D’ici 2020, quelque 3,2 millions d’euros devraient encore être investis dans l’outil industriel. L’objectif est d’augmenter les marges en s’inspirant du lean manufacturing. Il restera une partie manufacturing indispensable pour les produits de luxe et grand luxe, mais toutes les tâches sans valeur ajoutée seront automatisées.

Emile Jacob et Maurice Delafon, qui avaient créé l’entreprise en 1889, à l’époque où les salles de bains commençaient à se démocratiser, n’auraient sans doute pas imaginé le virage pris en ce début de XXIe siècle par leur première usine . A l’abri des regards, dans un centre d’industrialisation opérationnel depuis 2010, un robot couplé à une imprimante 3D donne forme au prototype de deux vasques ultra-épurées d’une future gamme. Dans cette usine, qui compte 180 personnes, dont 140 à la production – l’effectif est monté à plus de 500 dans les années 1970 -, il sera bientôt possible de fabriquer des lavabos de 1,60 m de long, contre 1,50 m aujourd’hui.

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/030912729542-comment-jacob-delafon-sauve-son-usine-du-jura-par-la-robotisation-et-le-luxe-2135451.php#IjBY0ZCGuUUI55uw.99