Sur le site Marie Frais de Briec, en Bretagne, la production très saisonnière des nems nécessite vitesse et flexibilité. En fin de ligne de production, l’opération de conditionnement secondaire dans des emballages “prêt à vendre” représente un poste contraignant pour les opérateurs en termes de cadence, de répétitivité des mouvements et de conditions de travail. Deux robots sont installés. Leur présence dans cet environnement à 4 °C, a permis d’automatiser une opération difficile et d’atteindre l’objectif hygiène grâce à l’utilisation d’équipements disposant de zones de rétention de poussières limitées. La grande flexibilité des robots permet, en outre, une adaptation rapide aux différents types de conditionnement et à la mise en cartons présentoirs “prêt à vendre”.

 

“Grâce à cet investissement, nous avons accru la compétence des personnels concernés tout en réduisant de manière significative les postes à forts risques de TMS*, indique le directeur de l’usine, Jean-Michel Kergoat. Nous avons réfléchi sur la robotisation de façon raisonnée, l’objectif étant de revaloriser les qualifications en interne.” La robotisation a en outre permis d’augmenter la productivité et la fiabilité du processus de fabrication. »

* Troubles Musculo-Squelettiques

marie_frais

 

« Nous avons réfléchi sur la robotisation de façon raisonnée, l’objectif étant de revaloriser les qualifications en interne. »

 

Source : www.industrie-competitivite.com